Categories
Actualités Sessions plénières

57ème session plénière

13.10.2017, Wiesbaden

Le Haut Conseil culturel franco-allemand a tenu sa 57ème session plénière le 13 octobre 2017 à Wiesbaden, à l’invitation de Volker Bouffier, ministre-président du Land de Hesse. La session a eu lieu en parallèle de la Foire du livre de Francfort, dont la France était l’invitée d’honneur, sous le slogan « Francfort en français ». 

Les membres ont visité dès le 12 octobre le pavillon français érigé à cette occasion au cœur de la Foire du livre, et sur lequel la vidéo du HCCFA était régulièrement diffusée.

Le soir même, ils ont été invités à dîner à la Chancellerie d’État du Land de Hesse et ont eu des échanges fructueux avec Mark Weinmeister, Secrétaire d’État aux affaires européennes.

Au cours de la session plénière, les membres du Haut Conseil ont débattu de thèmes variés (cf. ordre du jour) et conclu leurs discussions par une série de décisions concrètes. Deux spécialistes ont été invités à intervenir en matinée : l’eurodéputé allemand Axel Voss (PPE) a tout d’abord présenté un état des lieux de la réforme du droit d’auteur au niveau de l’Union européenne, puis Christel Hartmann-Fritsch, directrice exécutive de la Fondation Genshagen, a tenu un brillant exposé sur le thème de l’intégration. 

A la suite de ces échanges stimulants, les membres sont convenus avec enthousiasme de se retrouver au printemps 2018 pour leur 58ème session plénière. Le HCCFA célèbrera alors ses trente ans et prévoit d’ores et déjà de participer à l’année européenne du patrimoine culturel.

Categories
Actualités

Débat «Art & Démocratie : droit d’auteur et diffusion en Europe»

Le quatrième et dernier débat du cycle « Art & Démocratie » s’est tenu à Hambourg le jeudi 21 septembre 2017 dans le cadre du Reeperbahn Festival.

Le quatrième et dernier débat du cycle « Art & Démocratie » s’est tenu à Hambourg le jeudi 21 septembre 2017 dans le cadre du Reeperbahn Festival, le plus important festival de musiques actuelles de l’automne en Allemagne (plus de 37 000 visiteurs en 2016, parmi lesquels fans et professionnels de l’industrie musicale). 

Deux membres du HCCFA, Florian Drücke, Directeur général du Bundesverband Musikindustrie (Fédération professionnelle de l’industrie musicale allemande) et Bruno Boutleux, Directeur général – gérant de l’Adami (société de gestion des droits des artistes-interprètes) ont débattu de la réforme du droit d’auteur au sein de l’Union européenne avec les eurodéputés Jean-Marie Cavada (ALDE) et Helga Trüpel (Verts/EFA) ainsi qu’avec le chanteur-auteur-compositeur Antoine Villoutreix. Le débat a été modéré par Jan Hendrik Becker, journaliste à la Norddeutscher Rundfunk (NDR). 

Les orateurs se sont rapidement accordés sur la nécessité d’imposer de nouvelles règles aux plateformes de diffusion en ligne dont le contenu est généré par les utilisateurs (User-Uploaded-Content) telles que Youtube ou Dailymotion. L’objectif : contrecarrer le « transfert de valeur » qui prive les artistes et autres créateurs de leur juste rémunération lorsque leurs œuvres sont mises en ligne. 

« Pour gagner 100 € sur Youtube, un artiste doit générer un million de vues. » – Bruno Boutleux

Citant une étude de l’Adami, Bruno Boutleux a illustré ce phénomène en chiffres : « aujourd’hui, pour gagner 100 €, un artiste doit vendre 100 disques. Pour gagner la même somme sur Youtube, il doit générer un million de vues. » De plus, sur les 9,99 euros que coûte un abonnement mensuel à Spotify, seuls 46 centimes sont consacrés à la rémunération des artistes (c’est-à-dire que tous les artistes écoutés au cours du mois par l’abonné doivent se partager 46 centimes), toujours selon l’Adami. 

Une réalité en partie confirmée par le témoignage d’Antoine Villoutreix : « Un artiste peut très rapidement perdre le contrôle de ses œuvres dès qu’il les poste en ligne, pour le meilleur (meilleure propagation auprès du public) comme pour le pire (réutilisation abusive, peu ou pas rémunérée). » Il a également déploré le fait qu’aucune plateforme de diffusion en ligne européenne – à même de faire concurrence à Youtube – n’existe à ce jour. 

De son côté, Florian Drücke a rappelé que les multiples partenaires qui se partagent les revenus de la création (artistes, producteurs, etc.) devaient ici surmonter leurs différends, car l’enjeu prioritaire est de redéfinir le cadre juridique qui s’appliquera à tous sur internet lors des vingt prochaines années. Une « mise à jour » cruciale à l’échelle européenne, à laquelle le moteur franco-allemand doit donner une impulsion commune.

« La création artistique en Europe, c’est 536 milliards d’euros par an et 7,1 millions d’emplois »

– Jean-Marie Cavada

Sur ce point, les députés européens Helga Trüpel et Jean-Marie Cavada ont affirmé que l’Union européenne devait exercer une pression politique sur les géants de l’Internet, notamment les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). En effet, ces entreprises basées hors de l’Europe maîtrisent actuellement les moyens de diffusion des contenus culturels et artistiques, alors que l’UE est plus active dans la création de ces contenus. 

Helga Trüpel s’est d’ailleurs félicité du fait que la majorité du Parlement européen est actuellement en faveur d’une régulation accrue, ce qui était encore loin d’être le cas il y a seulement un an, a fortiori au lancement des débats sur la réforme du droit d’auteur en 2015. 

Tout en rappelant que « la culture et la création artistique en Europe génèrent 536 milliards d’euros chaque année et représentent 7,1 millions d’emplois, soit plus que l’industrie automobile et les télécommunications réunies » (selon une étude du cabinet d’audit EY de 2014), Jean-Marie Cavada a conclu en appelant les spectateurs du Reeperbahn Festival à faire pression auprès de leurs gouvernements respectifs, notamment en vue du Sommet numérique de Tallinn prévu le 29 septembre 2017. 

Categories
Aktuelles

DFKR in den sozialen Netzwerken

Sie sind herzlich eingeladen uns zu folgen!

Der Deutsch-Französische Kulturrat besitzt nun seit einigen Tagen eine Facebook-Seite sowie einen Twitter-Account mit dem Ziel, die zahlreichen deutsch-französischen Initiativen im Kunst- und Kulturbereich zu teilen und weiterzuleiten. 

Sie sind herzlich eingeladen uns zu folgen, indem sie oben rechts auf dieser Seite auf die Icons klicken, und somit immer informiert bleiben!

Categories
Actualités

Débat «Art & Démocratie : mondialisation et création»

Dans le cadre du cycle « Art & Démocratie », Stephanie Thiersch a débattu avec l’artiste Jemek Jemowit lors d’une rencontre modérée par Jenny Friedrich-Freksa, au Pop-Kultur Festival de Berlin.

Le troisième débat du cycle « Art & Démocratie » s’est tenu le 24 août 2017 à Berlin, dans le cadre du Pop-Kultur FestivalStephanie Thiersch, chorégraphe fondatrice de la compagnie MOUVOIR et membre du HCCFA, et Jemek Jemowit, musicien et artiste conceptuel, ont partagé leurs expériences et réflexions au cours de cette discussion intitulée « Mondialisation et création ». Un sujet particulièrement en phase avec les parcours personnels des deux intervenants, l’une ayant mené plusieurs projets artistiques à travers le monde, l’autre étant d’origine polonaise et installé à Berlin. La modération a été assurée par Jenny Friedrich-Freksa, rédactrice en chef du magazine Kulturaustausch, trimestriel publié à l’international. 

A travers leurs interventions, les participants ont analysé les bénéfices et inconvénients générés par la mondialisation des échanges artistiques. Un phénomène de facto ambivalent : parmi les grands avantages qu’elle apporte figurent notamment la découverte de nouvelles influences ainsi que l’élargissement des horizons de coopérations artistiques, grâce au développement de la mobilité et d’internet notamment. Côté inconvénients, Stephanie Thiersch et Jemek Jemovit ont cité à la fois l’injonction d’une hyper-présence numérique et l’écrasement des tendances locales par de grandes influences mondiales, qui vont de pair avec ce même système.

L’intrusion du politique dans la culture, lorsque par exemple des conflits extérieurs se répercutent sur des manifestations artistiques locales, a également été évoquée au cours du débat, alors même que plusieurs artistes ont annulé leur venue au Pop-Kultur Festival en raison de leurs convictions politiques personnelles. 

Cette manifestation, organisée par l’Institut français d’Allemagne (IFA) en partenariat avec le Pop-Kultur Festival et le Haut Conseil culturel franco-allemand (HCCFA), s’inscrivait dans le cadre de la programmation « Francfort en français », à l’occasion de l’invitation d’honneur de la France à la Foire du livre de Francfort 2017. 

Categories
Actualités Sessions plénières

56ème session plénière

04.04.2017, Sarrebruck

Le Haut Conseil culturel franco-allemand a tenu sa 56ème session le mardi 4 avril 2017 à Sarrebruck. A l’ordre du jour : l’invitation d’honneur de la France à la foire du livre de Francfort en octobre 2017, la réfore du droit d’auteur au sein de l’Union européenne, une feuille de route sur l’éducation artistique et culturelle ainsi que sur la culture comme vecteur d’intégration… Un agenda bien rempli pour des échanges animés et constructifs !









DFKR - Logo



Facebook XING Twitter Instagram